Travailler, c’est trop dur, de Zacharie Richard

Travailler, c’est trop dur, et voler, c’est pas beau.
D’mander la charité, c’est quéqu’chose j’peux pas faire.
Chaque jour que moi j’ vis, on m’demande de quoi j’vis.
J’dis que j’vis sur l’amour et j’espère de viv’ vieux!

Et je prends mon vieux ch’val, et j’attrap’ ma vieille selle
Et je sell’ mon vieux ch’val pour aller chercher ma bell’.
Tu connais, c’est loin d’un grand bout d’là, de Saint-Antoine à Beaumont
Mais le long du grand Texas, j’l'ai cherchée bien longtemps.

Et je prends mon violon, et j’attrap’ mon archet,
Et je joue ma vieille valse pour fair’ le monde danser.
Vous connaissez, mes chers amis, la vie est bien trop courte
Pour se faire des soucis, alors… allons danser!

Travailler, c’est trop dur, et voler c’est pas beau.
D’mander la charité, c’est quéqu’chose j’peux pas faire.
Chaque jour que moi j’vis, on m’demand’ de quoi j’vis,
J’dis que j’vis sur l’amour et j’espère de viv’ vieux!

murillobartolomeestebanlemendiant.jpg

Le Mendiant (de Bartolomé Esteban Murillo) 

Publié dans : Littérature francophone |le 13 octobre, 2006 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

mehdi |
Le TRANSFO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | penser et tout dire
| Pascal DEMEURE, mes romans....
| le Cri du Crabe qui Cuit ...